dimanche 20 février 2011

Illusion d'un tokonoma (Interior design)






Ça faisait déjà un certain temps que je voulais vous présenter ma décoration intérieure. Et puis la semaine dernière, je reçois le dernier Jipango électronique, où je lis toujours des tas d'infos captivantes sur le Japon et tout ce qui se fait de nippon dans la capitale. Qu'est-ce que j'y trouve? Une enquête ayant pour thème "votre intérieur japonais", description et photos à envoyer avant la fin du mois de février.
Alors voici ma proposition:


Le lieu:


Un appartement dans un immeuble ancien sans fioritures (avec poutres apparentes et murs blancs);
Donne sur une cour fermée surnommée la "bambouseraie" depuis que j'y ai installé des bambous de plusieurs variétés ainsi que des érables et quelques autres plantes... (ambiance de jardin zen type "humide")





L'entrée

 N'ayant pas la place nécessaire pour installer un vrai tokonoma, j'ai rusé grâce à un habile jeu d'éclairage: c'est seulement l'ombre portée de l'encadrement de la porte d'entrée (supérieure et latérale droite) qui donne l'illusion de la profondeur de l'alcôve... Ne me restait plus qu'à trouver un kakejiku (peinture à suspendre au mur) et à placer un petit vase pour l'ikebana, surélevé grâce à une planche de bois à la jolie patine gris argent (voir plus haut).









Ci-contre:
Voilages en mousseline de soie rouge.
Grand éventail en plumes de paon.
Rideau de bambou, motif dragon.


La salle de bain

Espace réduit; comme au Japon, on privilégie l'aspect "pratique"...
 
Petite étagère en bois pour les huiles essentielles, baumes et fioles de parfum miniatures...

Une grue cendrée (en origami) "couve" sur le dessus du meuble.


Un dépouillement jusque dans les lignes épurées de l'ameublement... Aucune forme superflue.


Un rideau de soie saumon (teinte chaude) contraste avec le gris des tiroirs sous le lavabo blanc (teintes froides).


 Une élégance et une sobriété perceptible jusque dans la discrétion des étiquettes et récipients qui se fondent dans le décor en une harmonie de verts rafraîchissante...


La cuisine-salle à manger 




Une vaste pièce, la table au centre symbolisant la convivialité du "foyer" (héritage du "coin feu" pour le thé de la maison traditionnelle)



Meuble en rotin à fin grillage ouvragé décoré d'éventails et fleurs en tissu...








Lanterne murale en tiges de bois noires et papier de riz 
(rappel du contraste poutres/murs, noir/blanc, Ying/Yang).


Meuble à thé, asymétrique, en bois sculpté..


.avec diverses épices, thés, natsume (la boîte avec le matcha, la poudre de thé vert), fouet et spatule de bambou pour le chanoyu,



Zenbazuru, la guirlande des 1000 grues (origami votif)



Vaisselle asiatique : 
                 assiettes carrées à bords recourbés en céramique noire, 
                 plateau laqué motif d'oiseau (19ème siècle),
                 serviettes (humides, chaudes en hiver, froides en été) en lin brodé
                 (thèmes de la vie quotidienne: porteurs d'eau, travaux agricoles etc)



baguettes laquées, supports japonais en forme de feuille de ginkgo biloba,


bols, cuillères en porcelaine chinoise...



théière en porcelaine peinte (geishas, buissons et maisons)


service à thé "made in Japan",


plateaux chinois, en résine noire bordés de rouge,


panier de fruits en bambou verni,

petites coupelles rectangulaires en céladon de Chine, 
ornées de poissons rouges réalisés à la main,


tasses et soucoupes décorées de fleurs de cerisiers,
branchages et Mont Fuji...




petit plat japonais au feuillage de bambou (au centre),


pics en osier,



 Vue d'ensemble de la salle à manger:
Table basse pour les invités soucieux de manger "à la japonaise" (sous la cage de Piouc)...


Pot à encens et diffuseur d'huiles essentielles pour un éveil à la spiritualité;

Lapin en origami (en jaune à gauche):
à chaque nouvel an, je place sur ce tabouret 

Aquarium avec des poissons... japonais.




La chambre
Très typique:


 Lanterne en forme de pagode, en bois et papier,

Mezzanine, futon en coton, couette en soie,

Boudoir japonais, composé

              d'un meuble bas, en chêne comme l'armature de la mezzanine,
              de divers objets décoratifs et/ou usuels (paravent, boîtes, bol chantant...)
              d'un obi (ceinture de kimono) brodé,
              d'une lampe en cristaux de sel,
              d'un coussin carré de méditation;

placards incorporés à l'ensemble avec portes coulissantes (comme dans la maison traditionnelle, il n'y a pas de "grand meuble", tout est directement solidaire des parois intérieures de l'habitat)

Sellette laquée, en palissandre, pour l'ikebana;

Mini manekineko, le chat porte-bonheur (à gauche de la cage à oiseau)
et petites zoris, sandales découvertes (sur le tapis)

Ensemble chaise + table, transparent => une touche de design qui actualise l'ensemble, 
(Subtile alliance entre tradition et modernité).

Le + : les rideaux de soie avec leurs doubles rideaux (de soie aussi),
pour une luxueuse et douce intimité.
Équilibre des couleurs avec le bleu/vert du linge de maison, des rideaux (teinte froide)
et le rouge/orange des décors/lumières (teintes chaudes).


Vues sur le jardin

L'aube se lève sur la bambouseraie...

2 commentaires:

  1. Une française à Tokyo???
    Une japonaise à Paris!!!
    On ne sait plus...

    RépondreSupprimer
  2. Ahaha! Ça, c'est du compliment!
    Qui sait si je n'ai pas été japonaise dans une vie antérieure? Ça expliquerait en effet ces "réminiscences extrême-orientales"... _@_!!

    RépondreSupprimer