lundi 30 janvier 2012

Art Nouveau : lantern and fountain 1900

Inside the 59 avenue Raymond Poincaré, Paris 75016...
detail of metal and glass lantern...
On the first floor, nice water fountain with mosaic on the wall.

dimanche 29 janvier 2012

Défilé Sakina M'sa printemps été 2012


Silhouette rouge et longiligne...

Exotique, ethnique et même philosophique, la mode de Sakina M'sa est destinée autant à un public de fashionistas que d'amateurs d'Art Africain, d'anthropologues ou de penseurs... Car ses créations s'inscrivent avant tout dans un travail partagé proposé au sein de sa Maison de Couture d'Insertion par le Beau.
Matériaux recyclés, entreprise équitable et échanges humains, tels sont les bases de son activité.


À travers les mailles... surgit l'opacité.

La collection présentée au Laboratoire le 25 janvier dernier est, comme l'affirme justement le dossier de presse: "un printemps en hiver pour calmer joyeusement un monde "à l'envers"". Couleurs qui flashent du drapeau des Comores dont Sakina est originaire, lignes graphiques et imprimés d'inspiration africaine, tout contribue à faire de ce défilé un acte engagé et responsable, au cœur d'un monde en mouvement dont les fondements et les contours sont à redéfinir. Un kaléidoscope tissé d'un agrégat de souvenirs tourné vers l'avenir...


Jeux de volumes et de contrastes...

Pour découvrir le diaporama de la collection, cliquer ici:

Défilé Sakina M'sa printemps été 2012 fashion... par MrsManuneWs


D'or et de méthylène...

Femme tribale...

Comme une délicate toile d'araignée...

Black is black...

Fines zébrures...

Robe à plis façon origami...

Ligne bleue.

Sakina M'sa. Et au fond à gauche, un joli nœud rouge...


..Bravo à Bonnie Li pour sa belle performance vocale!

More about Sakina M'sa: http://www.sakinamsa.com/
and Bonnie Li: http://www.myspace.com/bonnieli

mercredi 25 janvier 2012

Mondrian's design

Photophore d'un atelier du vitrail situé au 169 rue du Faubourg Poissonnière, 75009, Paris.
Un soir de la semaine dernière, j'ai stoppé net devant le luminaire ci-dessus: il me rappelait les carrés magiques de Piet Mondrian. Vous savez, ces peintures géométriques et abstraites qui ont inspiré à Yves Saint Laurent un de ses plus beaux modèles en 1965. J'ai aussitôt repensé à ces panneaux coulissants du magasin Portes Design, que j'avais également repérés comme issus de la même œuvre picturale.

 Mais si Mondrian a su donner la couleur, souvent vive et unie, aux formes rectilignes du cubisme, d'autres préféraient la sobriété de la ligne noire, en jouant sur sa largeur, comme le fit Jean Prouvé pour cette verrière Art Déco de 1926...





Cage d'escalier de la villa de Robert Chevalier, meubles et idées d'aménagement par Jean-Michel Frank.
 Alors? Un petit air de famille, non?

 Photographies REP, issues de ce très beau livre:

dimanche 22 janvier 2012

2012, Year of the Dragon

Mini dragon mesurant 6cm de son museau au bout de sa queue et 3cm de hauteur...
L'année du dragon d'eau va commencer d'ici quelques minutes et voici donc un petit spécimen de ryu: c'est le nom de la créature sous sa forme asiatique, chinoise et japonaise, longue et dépourvue d'ailes. Cet origami s'inspire d'un modèle signé Joseph Wu (diagramme disponible ici: http://www.origami-resource-center.com/chinese-zodiac.html) que j'ai adapté pour un papier carré au départ, sans découpage ni collage, suivant l'exigence des "puristes" de cet art aux multiples possibilités...

Ceux-ci, réalisés à partir d'un carré un peu plus grand...
À tous ceux qui douteraient encore de l'existence d'un tel animal, je tiens à montrer cette photo de dragon de Komodo: http://www.animauzine.net/PREMIERE-NAISSANCE-DE-DRAGONS-DE.html. C'est en effet une bête bien réelle, de la famille des varans...

..mesurent environ 7cm de long par 5cm de haut.
Si vous préférez, il y a aussi ce reptile qui a une silhouette de dragon:
http://loris83300.e-monsite.com/pages/reptiles-amphibiens/le-lezard-a-collerette.html

Bref, l'année sera peut-être "rugueuse" et pleine de "piquant", mais puisque ça nous rend plus résistants à l'aridité du climat ambiant... il n'y a pas de lézard!

mardi 17 janvier 2012

Bhoutan-train-de-vie

Le 13 octobre 2011 avait lieu un événement à la splendeur irréelle...

Retour en images sur le récent mariage du roi du Bhoutan, terre du Bonheur National Brut (BNB) depuis 1972: cette cérémonie magnifique qui fait encore rêver tant par les couleurs de ses broderies fleuries que par son atmosphère sacrée et inaccessible semble entre autre mettre en évidence une chose: que le bonheur, justement, se révèle de préférence aux bouddhistes nimbés de soie, et plus encore si celle-ci est d'or...


Au Bhoutan, même les couronnes et chaussures du couple royal sont en soie!

Mais qu'on ne s'y trompe pas, le bonheur ici ne se conçoit pas en apparence, mais bien dans une qualité de vie que le roi-dragon entend développer dans son pays, loin du malaise de la mondialisation qui frappe pourtant à sa porte plus souvent qu'avant. Santé, éducation et beauté sont manifestement les priorités de ce petit État. Et comme l'écrivait un journaliste de Paris Match fin octobre 2011, "le royaume veut se moderniser mais sans perdre son âme." Une leçon pour nous?


Bénédiction, danses pour repousser les esprits malfaisants et éléphant vivant autant que symbolique, rien ne manque à la protection des âmes.

 Quoiqu'il en soit, l'image de l'épouse évolue par la même occasion: unique et mature, c'est une vraie femme qui partage désormais le rang royal, et non plus un "harem" de filles soumises et mises à l'écart. Ainsi Point de vue soulignait: "À ses côtés, hiératique dans ses habits de soie, Jetsun Pema est d'une extraordinaire beauté".


Homme souriant et femme gracieuse, les deux nouveaux visages du Bhoutan...

Réalisé avec les photos de Paris Match et Point de vue.

Wash it!

ENTRETIEN DE LA MAISON ET DU LINGE
Bonne base de produits d'entretien écologiques disponibles à Monoprix pour certains, en magasin bio pour les autres.
Après avoir reçu les félicitations d'une de mes connaissances japonaises quant à la propreté de mon lieu de vie, j'ai pensé qu'il pourrait être utile à mes lecteurs de leur montrer les produits que j'utilise et comment.

Car honorer l'exigence japonaise, et qui plus est avec des produits bio et/ou écologiques, voilà qui me paraît doublement intéressant!

POURQUOI INVESTIR DANS DES SOLUTIONS BIOLOGIQUES?
1. Pour contribuer à la protection de l'environnement (dans lequel on vit!).
2. Pour (et c'est une suite logique) aider la régénération de l'eau, de la terre et de l'air, cycle indispensable à notre survie.
3. Pour soulager la souffrance des êtres (humains et autres animaux) lors de la fabrication, de l'utilisation et du rejet dans la nature du produit.
4. Parce que ça sent bon les essences naturelles.
5. Parce que leur effet est en profondeur et pas juste "en surface"...
6. Parce qu'ils sont souvent moins "agressifs", et pas seulement par leur étiquette d'emballage!

COMMENT CHOISIR LES "BONS" ARTICLES, LES MOINS CHIMIQUES POSSIBLE?
Il existe plusieurs labels (voir ici, sur deux pages: http://www.chacunsonbio.fr/entretien-deco/entretien-deco-general/labels-des-produits-dentretien-ecologiques-9620) garantissant le sérieux du choix des ingrédients, de la fabrication et la biodégradabilité.
Lire les étiquettes, en particulier la composition, même si c'est un peu ardu, et se renseigner sur les éléments énumérés à l'aide de livres, sites internet et forums spécialisés. En général, les substances chimiques se reconnaissent à des noms interminables à consonance "artificielle" et bizarres, signes d'une structure moléculaire très compliquée.
C'est aussi votre expérience qui vous aidera à ne pas vous tromper, car bien souvent il est nécessaire de tester ce qu'on achète.
Sinon, se renseigner sur des sites ou revues publiant des comparatifs comme 60 millions de consommateurs.

CUISINE ET SALLE DE BAIN:
utiliser une éponge à peine humide avec un peu de liquide vaisselle au citron Écover (ou autre) et frotter la zone à nettoyer. Si l'éponge est trop mouillée, elle "accrochera" moins la saleté. Si vous avez des traces de calcaire, employer du vinaigre blanc ou du bicarbonate de soude. On peut ainsi laver efficacement carreaux, plaques de cuisson, four, évier, frigo, portes de placard, douche, lavabo etc.
Pour les taches grasses et persistantes, on peut les retirer avec un peu de poudre à récurer. Attention, ça raye, donc ne jamais en étaler sur certaines surfaces type résine, bois ou plastique.
Sur un miroir, passer un chiffon propre et mouillé sur toute sa surface. Essuyer soigneusement avec une serviette éponge en coton parfaitement sèche et ne pluchant pas, ceci afin d'éviter les traces. Ça marche encore mieux avec une serviette très usée, car la fibre est plus rêche. Faire de même pour les fenêtres, en appliquant du produit à vitres.
Pour les toilettes, laver tous les éléments régulièrement sur toutes leur faces permet de garder une bonne hygiène sans avoir recours à des produits toxiques. Employer du liquide WC pour l'intérieur de la cuvette, laisser agir un peu de temps puis frotter quelques minutes avec la brosse.

SOLS:
Faux parquet, plastique (linoleum ou autre) et carrelage classique: le Puryfitout fera parfaitement l'affaire; fongicide et désinfectant, il vous fait un sol propre et parfumé, bien dégraissé. L'étaler avec une serpillère humide et un balai.
Pour le parquet, il vaut mieux le cirer de temps en temps, afin de nourrir les fibres du bois et employer un produit spécifique pour le nettoyer (par exemple Biolav sol et parquet). En cas de grosse tache grasse, absorber le surplus avec un papier buvard puis saupoudrer abondamment de terre de Sommières et laisser agir au moins 3h.
Les tommettes en terre, elles, seront magnifiques et protégées avec du savon noir.
Le granit et le marbre peuvent aussi être entretenus avec du savon noir et dégraissés avec un mélange de terre de Sommières et d'essence de térébenthine (laisser agir 24h). Particularité de ce type de sol: poreux, il craint l'acidité qui le ronge et les graisses (huiles etc) dont il s'imbibe et qui le tachent.

MURS:
Le mieux, s'ils sont vraiment sales, est de les lessiver. Prendre une grosse éponge et un seau rempli d'eau, y mélanger un demi-bouchon de lessive. Bien dégager le mur puis le laver à grande eau, rincer et sécher.

MEUBLES:
En métal et/ou en plastique, on peut les laver avec une éponge et une goutte de liquide vaisselle au citron. Bien sécher.
En bois, on peut les entretenir avec de la cire ou même un peu d'huile d'olive, à faire imprégner progressivement avec un vieux chiffon.
Les plaques métalliques décoratives (poignées, dorures) peuvent briller si on les frotte avec du miror (voir avis ici:http://www.ciao.fr/MirorNettoyantpourlecuivreAvis992137).

TEXTILES:
Lavage et séchage:
Pas la peine de les faire bouillir ni d'utiliser mille produits chimiques (sauf pour ce qu'on récupère dehors) qui abîmeront les fibres voire provoqueront des allergies. L'essentiel n'est pas d'épater les copines avec du linge "plus blanc que blanc" (merci Coluche) mais de vivre dans une propreté agréable, protectrice et sérénisante. Car l’hygiène comme beaucoup de choses est avant tout affaire de dosage!
S'il a des taches, ne jamais passer directement en machine un tissu sous peine de les "fixer". Le laver préalablement à la main en entier, à l'eau tiède, même si ça prend un peu de temps... Choisir une lessive bio (Sonett, Ecover..), verser selon la quantité et la saleté des vêtements. Pour éviter que les couleurs ne déteignent, faire une machine de vert, une de jaune, une de rouge-rose, une de blanc, une de bleu etc. Ce n'est pas si compliqué que ça en a l'air et c'est une habitude à prendre, qui fonctionne même avec peu de linge.
La température idéale ainsi que l'essorage varient en fonction du tissu:
coton blanc, 50-60 degrés, essorage 1200 tours.
synthétiques ou coton couleur, 30°C, essorage 900 t.
soie, 20-30°C, essorage 600 t. maximum.
Le séchage se fait soit en machine pour les matières faciles (coton, toile, etc) soit sur un étendoir, indispensable si vous avez de la laine, de la soie ou des fibres synthétiques, plus fragiles.
Repassage:
Remplir le fer avec de l'eau osmosée ou oxygénée sinon il va s'entartrer.
Sur le même principe que plus haut, on règle la chaleur du fer selon le textile repassé: en général, c'est indiqué, du plus froid au plus chaud, "nylon, synthétique, soie, laine, coton, lin".
Ne pas repasser un vêtement trop sale sinon les taches seront fixées. Ne pas laisser le fer plus d'une minute sur la même zone de tissu (dangereux pour le textile voire pour vous). Et bien sûr, ne pas poser ses doigts sur le dessous de l'appareil, même 10min après l'avoir débranché car le refroidissement n'est pas immédiat. Dans un espace réduit, veiller à ne pas se prendre les pieds dans le fil électrique.
Pourquoi ne pas repasser en musique? Une façon de rendre l'exercice moins rébarbatif et moins long puisque ça donne un rythme...
Pour les fibres délicates comme la soie, voir autres conseils en cliquant sur le lien ci-dessous (aller à la rubrique "entretien", à la fin de l'article):
Pour les couettes et manteaux matelassés fragiles ou (très) épais, utiliser de la terre de Sommières dès que la tache vient de se produire. Sinon les confier au teinturier. Adresse écologique utile: pressing n°1.

AUTRES RECOMMANDATIONS:
Afin de faire fuir les insectes, prendre des produits à base de pyrêtre, de lavande ou de santal. Ces essences d'origine végétale, très puissantes et purifiantes repoussent les petites bêtes nuisibles.
 Si vous avez des animaux de compagnie, chat, chien ou même rongeur, il existe une poudre détachante et désodorisante très efficace chez Écogène: l'absorbeur. Saupoudrer la poudre sur la zone touchée, laisser agir plusieurs heures et aspirer.
Note: les produits d'entretien chimiques sont à réserver pour des usages très limités et particuliers, lorsque les solutions écologiques n'ont pas fonctionné, lorsqu'on récupère des objets dans la rue, lorsqu'on investit un nouveau lieu de vie, lorsqu'on utilise certains produits dangereux et parfois en entreprise, pour limiter les risques de contamination liés à la prolifération des bactéries...
Dans tous les cas, chimique ou naturel, lire la notice avant d'ouvrir un produit!
Autre chose: pensez à aérer régulièrement votre logement, même dix minutes, le plus souvent possible, ceci vous aidera à ne pas broyer du noir!
Bien sûr que nettoyer est long: mais "faire le ménage" dans sa maison, c'est aussi le faire dans sa tête, évacuer la saleté comme on chasse les mauvaises pensées. Cette activité peut alors être envisagée comme source de bien être, nous aidant à nous "purifier", c'est à dire à faire le tri entre ce qui nous nuit et ce qui nous est vraiment bénéfique. Ce n'est donc pas une perte de temps. À méditer...

Voilà, j'espère qu'avec ces quelques conseils de base, vous aurez comme moi un lieu de vie toujours propre et agréable!

lundi 9 janvier 2012

L'"égypmienne"



Alors? Qu'en pensez-vous? À vrai dire, j'ai beaucoup hésité avant de publier ce dessin. Parce que de nos jours, dès qu'on présente une singularité, et qui plus est chargée "énergétiquement" comme ici, on ouvre sa porte à nombre de clichés et "catalogages" divers...
Ainsi à "égyptien" pourrait-on associer par exemple magie noire, ésotérisme maléfique, eugénisme incestueux (voire dégénérescent), esclavage, islamisme extrémiste etc, etc.
Et il serait aisé de décliner une liste équivalente pour chaque civilisation de ce monde: chacune ayant en effet ses travers, ses atrocités mais aussi ses exploits, ses beautés, ses figures.
Comment s'entendre malgré toutes ces diversités apparentes de l'Humanité?
La question de l'identité semble cruciale dans certains pays comme la France, où la vie est si "cosmopolite" qu'elle provoque souvent une angoissante perte de "repères"...
Pour autant, rien de plus urgent que la Paix et même la solidarité entre nous, étant donné les graves problèmes environnementaux, énergétiques et économiques auxquels nous sommes tous confrontés. La Terre est comme un navire, et nous des membres actifs de son équipage. Si elle sombre, nous coulerons avec elle, tous sans exception, d'où la nécessiter de s'entraider!
Mais là une deuxième question se pose: celle de l'éthique. Car pour (sur)vivre, il ne suffit pas d'unir nos forces en une, encore faut-il savoir la diriger, l'orienter vers un bien commun. Nous y voilà.
Au-delà d'une tête de femme stylisée et hors du temps, ne dirait-on pas que ce portrait interroge celui qui le regarde sur la moralité de l'activité humaine passée, présente et surtout future? Qu'il se dresse tel une "Marianne orientale" les yeux ouverts sur une liberté inexplorée, un potentiel nouveau à définir?

Heaven's window

Notre Dame de Lorette, 5 janvier 2012.
 Is it something like that? Or do you prefer this version: http://www.lacentrale.fr/auto-occasion-annonce-14953505.html ?

samedi 7 janvier 2012

Furumaisake 2012

Petite dégustation en musique...
Furumai zaké, ou "fête du saké", est une tradition des commerçants japonais qui invitent les passants à déguster un peu d'alcool de riz, des maki-sushis, à prendre une omikuji (carte porte-bonheur) et à acheter des fuku-bukuro, sortes de pochettes surprises pour célébrer la nouvelle année.

Le petit centre culturel et magasin Manekineko de Montmartre proposait à cette occasion une soupe de légumes bien chaude, du saké et aussi de délicieux biscuits à la cannelle peu sucrés, dont l'arôme se développe agréablement sur le palais quand on les croque.

Les fuku-bukuro eurent beaucoup de succès, quel que soit leur prix: de 5 à 20 euros, ils étaient tous aussi attirants les uns que les autres et trouvèrent rapidement preneur. Pour avoir une idée de ce que contient un de ces sacs à l'aspect simple mais à la présentation soignée, cliquer ici: http://souslespixelslaplage.free.fr/index.php?post/2012/01/06/Fete-du-sake

Quant à l'animation de la soirée, chaleureuse et conviviale, elle se fit à l'aide des gens du quartier. Parmi les voisins, il en est un qui est même venu avec sa guitare, et Joe Dassin semblait ainsi renaître avec un accent japonais très mélodieux...

jeudi 5 janvier 2012

Lyon's silk: the canuts

Ce dossier joliment illustré passe en revue tout ce qui fit la spécificité du travail artisanal des canuts, ces tisserands de soie établis à Lyon et ses environs depuis le 16ème siècle: étuve, pesée, séricimètre, teinturerie, carton Jacquard... Ces savoirs-faire furent à l'origine de l'enrichissement des ouvriers de la région comme de leur perte, puisque bientôt l'industrie avec ses énormes métiers mécaniques remplaça la main de l'homme.
Attention: les termes employés concernant les populations chinoises ("tonkinois") et en particulier africaines ("nègres", "négresses"), d'un usage vieilli et pouvant être considérés aujourd'hui comme péjoratifs voire racistes, sont à replacer dans le contexte historique de cette publication du début du 20ème siècle, surtout intéressante d'un point de vue technique et culturel.
Cette précision soulignée, il ne vous reste qu'à suivre le fil...










Remerciements (et joyeux anniversaire) à: http://jacquelinewaechter.blogspot.com/

Sericulture: inside the magnanery

Voici un article issu d'un numéro de la revue "Lectures pour tous" datant de 1903, expliquant les différentes étapes de l'élevage des chenilles, indispensables à l'élaboration de la soie naturelle. Bien sûr, les connaissances ont aujourd'hui un peu évolué, mais l'ensemble conserve une base juste ainsi qu'une certaine saveur: à la fois poétiques, sensibles et didactiques, ces quelques pages offrent un bon aperçu des compétences de l'époque.
On note au passage la présence d'une variante de l'antique légende chinoise, de descriptions précises et parfois amusantes, d'une évocation des débuts pas encore très au point de la "soie artificielle", rayonne (ou viscose) issue de la cellulose du bois, actuellement davantage employée dans la confection et enfin d'un résumé de ce qui sera à l'origine de recherches scientifiques plus récentes concernant le fil d’araignée, l'halabe de Madagascar, voir à ce sujet: http://www.baladesentomologiques.com/pages/TISSU_EN_SOIE_DARAIGNEE_CE_NEST_PAS_UN_MYTHE-962530.html.




















Remerciements (et joyeux anniversaire) à: http://jacquelinewaechter.blogspot.com/

mardi 3 janvier 2012

More about silk...

LA SOIE
Elle fait partie des textiles fabriqués à partir de fibres naturelles, avec la laine, le lin, le chanvre et le coton. Elle est d’origine animale, comme la laine.

Arc-en-ciel de couleurs, soies unies et à motifs.
 HISTOIRE
La soie a probablement été découverte en Chine (ou peut-être en Inde?), vers 2500-3000 avant J.C. D’après la légende, ce serait Xi Lingshi, la femme de l’empereur Hoang Ti qui, prenant le thé à l’ombre d’un mûrier, aurait déroulé en voulant l’attraper un cocon de lépidoptère tombé dans sa tasse. L’élevage des chenilles se développa rapidement pour satisfaire les exigences de la cour impériale. Un décret empêcha pendant plusieurs centaines d’années que ce secret soit divulgué, punissant de mort ceux qui oseraient transmettre ce savoir jalousement gardé! 
Les marchands pouvaient cependant s’en procurer pour la revendre très cher en Europe et dans les pays Orientaux, ce prix comprenant entre autres les risques d’un tel voyage. En effet, ce qui allait bientôt devenir la célèbre “Route de la soie” était un périple de plus de cinq ans (sur terre puis sur mer) dans des contrées souvent peu hospitalières et où les pillards n’étaient pas rares. 
Mais ce parcours permettait aussi de nombreux échanges commerciaux et culturels entre les diverses civilisations. À cause de cet éloignement et de ce monopole exercé si longtemps par les Chinois, seule l’Antiquité tardive (aux environs du 2ème siècle avant JC) connaîtra l'usage de la soie. Perses, Grecs et Romains s’offriront souvent à prix d’or le précieux textile. Le terme “soie” vient d’ailleurs du mot “Sères” (grec”serikos”/latin sericus), employé pour désigner un peuple de Chine.
La production européenne ne commencera à se développer qu'à partir de la seconde moitié du 6ème siècle après JC. On raconte que ce serait grâce à la ruse de deux moines du Mont Athos, qui auraient dissimulé des petits "vers à soie" dans leurs cannes de bambou creuses lors d’un voyage effectué en Asie pour l’empereur byzantin Justinien.
Le principal essor de cette industrie aura lieu de la fin du Moyen-Âge au milieu du 19ème siècle en Italie puis en France où le tissage sera constamment amélioré et perfectionné au fil du temps. Elle atteint son apogée vers 1830-1850, Lyon demeurant jusqu'à cette époque la capitale occidentale de la soie depuis le 16ème siècle grâce au travail des canuts (voir documents ici:http://emmanuellewaechter.blogspot.com/2012/01/lyons-silk-canuts.html).
A la fin du 19ème siècle, l'industrie européenne connaît un fort déclin, dû aux épidémies, au lancement des premières fibres synthétiques ainsi qu'à la création du Canal de Suez, facilitant le trajet de la soie asiatique en Occident. Ainsi, le coût du transport diminuant et la main d’œuvre chinoise restant bon marché, les rapports s’inversent, et ce sont de nouveau les pays d'Asie qui concentrent la production mondiale de la soie. Et le Japon y tiendra une place très importante pendant plusieurs décennies, exportant de grandes quantités de soie grège.
Aujourd’hui, la soie est un luxe “rare” car elle représente moins d’1% de la production de l’ensemble des textiles de la planète, sans compter que l’Asie (c'est à dire surtout la Chine) propose principalement des produits finis. La soie de qualité supérieure reste très prisée par la haute couture.

Mousseline de soie vert amande brodée à la main.
FABRICATION
Elle se fait généralement à partir d’un insecte, le bombyx du mûrier, sorte de joli papillon blanc et duveteux. L’animal, comme la plupart des lépidoptères, connaît trois phases de développement: la chenille (larve) grandit en quelques semaines pour former une chrysalide en fils de soie “grège”(encore gluante) de couleur écrue et de ce cocon sort au bout de plusieurs heures un papillon flambant neuf.
La fabrication consiste à élever ces insectes jusqu’à leur stade de chrysalide, enrouler les fils très fins sur des bobines puis en assembler plusieurs pour qu’ils deviennent plus résistants et les monter en étoffe plus ou moins large (plus de détails ici: sériciculture, dans la magnanerie).
Aujourd'hui, on se tourne peu à peu vers une solution plus éthique, déjà pratiquée depuis longtemps dans certaines ashrams en Inde, qui permet d'utiliser les cocons vides, c'est à dire en laissant vivre et s'échapper la chenille devenue papillon. Plus d'informations ici: http://blog.upfactory.com/2009/07/09/251-que-la-force-soit-dans-la-soie.
À partir de là, il existe des variantes, réalisées à partir d’autres chenilles (soie Muga couleur or et Tussah des Indes), ou d'araignées (des recherches scientifiques sont en cours pour développer ce nouveau textile) ou même de mollusques marins (la “soie de mer” ancienne spécialité de la Sardaigne). Enfin, l'aloé vera est aussi utilisée au Proche Orient pour obtenir de la soie végétale, nommée sabra...

Pongé (voir plus bas) de soie or.
CARACTÉRISTIQUES
C’est un tissu composé principalement de protéines, à grande capacité d'absorption de l’humidité (jusqu’à 30% de son poids en eau!), plus ou moins souple, connu pour son aspect lustré et sa douceur, variables selon le tissage. Sa brillance naturelle est due à la section triangulaire des fibres à travers lesquelles la lumière passe comme dans un prisme. Il est fin, très résistant (enfin ça dépend de la qualité), et isolant (frais en été, chaud en hiver). Son prix varie en fonction de son grammage (épaisseur, densité): plus ce dernier est élevé, plus le métrage sera cher.

TYPES DE TISSAGE
Parfois, même couturiers et vendeurs se trompent ou alors font un "raccourci" de langage et nomment une matière par un type de tissage. Exemple: on peut répondre à votre question “en quelle matière est ce ruban?” par “en satin”, ce qui ne vous dit pas s’il s’agit de soie ou de polyester. Idem pour l’organza. D’où l’utilité de savoir reconnaître les fibres et leur organisation spatiale. 

Mousseline plissée: ici ses ridules bleues forment un océan... de soie.
Les plus répandus:
tissu épais, très irrégulier car formé à partir de fibres courtes issues des déchets de filature.

toile rehaussée de fils d’or ou d’argent, incorporés dès le tissage de l’étoffe, grâce à une navette supplémentaire. Ce n’est donc pas une broderie même si ça y ressemble.

Crêpe
(latin cripus, frisé) tissu fin, léger, et de surface ondulée voire rugueuse.

Damassé:
(de Damas) même principe que pour le brocart mais avec des fils de soie.

Lavée:
la soie dite "lavée" a subi un traitement spécial qui lui retire son brillant. A le même aspect que le revers d'un satin.

Moire
(de “mohair”): étoffe assez rigide aux reflets changeants.

voile léger, transparent, très finement gaufré et granuleux, d’où son toucher rêche. 

tissu rigide, plus ou moins transparent (mailles larges). L’organdi est une toile, l’organza est plus fin.

(origine: Turquie) soie épaisse à grosses côtes tramées sur coton.

“poils” de soie coupés montés sur trame de coton ou de viscose (il est d'ailleurs très regrettable que le velours actuel ne contienne presque toujours que des fibres synthétiques!).

Pongé
tissu lisse, léger, et brillant. Un peu translucide. Utilisé comme doublure.

Satin
tissu uni, brillant souple et solide mais craint tout objet ou ongle pointu qui accroche facilement ses fils et laisse une trace irréparable sur la surface "miroir" de ce type de soie.

la soie dite “sauvage” est raide, plus ou moins brillante et irrégulière. Épaisse, elle est souvent utilisée pour la confection de rideaux. Sa version plus fine sert à fabriquer des vestes, robes de mariage ou sacs.

Sergé
tissage en diagonale.

toile fine, tissage très serré, un peu mat. Aspect de la soie sauvage.

Silco
mélange quasi équilibré de soie et de coton. Lisse, brillant, doux, un peu mou, il est une spécialité de l’Inde.

Paons en brocard de métal doré incorporé à la soie d'un sari indien.
Autres types:
avec les déchets de cocons. N’est presque plus fabriquée.

Zenana
(hindi) étoffe gaufrée de soie ou coton.

tissu fin, brillant, coloré et froissé selon une très ancienne technique japonaise.

étoffe épaisse et très irrégulière obtenue à partir de fibres partiellement usagées (d’anciens kimonos).

Shibori de soie rouge vif.
COMMENT RECONNAÎTRE LA SOIE
Bien sûr, on peut faire le test de la flamme:
Sinon, voici une autre méthode (par tâtonnement), beaucoup plus subtile et faisant appel à notre sensibilité tactile: comment différencier la soie...
    du polyester
celui-ci est généralement plus rêche, plus rigide et les fibres sont beaucoup plus régulières. Le croisement des fils est toujours à géométrie parfaite (angles droits). La brillance est souvent moindre (sauf satin) et s’il a été beaucoup porté, il a tendance à diffuser les odeurs de transpiration. Pour toutes ces raisons, il peut agresser les peaux délicates.

    de l’élasthane
cette matière est plus élastique, et moins agréable au toucher. Elle est parfois ajoutée (en proportion de 5 à 10% de la masse totale) à la soie pour lui donner plus de ressort.

    de la viscose ou soie synthétique:
(dont sont composées rayonne et fibranne) obtenue chimiquement à partir de cellulose (pâte de bois), ses fils ont tendance à être plus réguliers et un peu moins résistants. Peut exceptionnellement provoquer de légères rougeurs sur les peaux fragiles, mais pas aussi fortes que le polyester.

    de la laine
la laine se reconnaît, au toucher, aux petits poils presque invisibles et frisés qui dépassent de l’étoffe proprement dite.

    du lin
le lin est solide mais pas très doux. Il a un quadrillage assez gros et irrégulier. S’il n’est pas lavé délicatement, il peut “feutrer”. 

    du coton
le coton a un quadrillage régulier, facilement reconnaissable, tout comme son toucher, doux mais “cotonneux”. Il a tendance à “feutrer” un peu à l’usage. Le tissage peut être très serré. Les fils sont fins mais assez rigides ou alors au contraire très mous.

    L’aptitude à reconnaître les différents types de tissus vient avec l’expérience. De plus mieux vaut aller tester son “toucher” régulièrement car de nouvelles techniques de fabrication apparaissent constamment sur le marché...


Élégantes femmes en soie, 1911. Photo Jacqueline W.
UTILISATIONS DE LA SOIE:
Bien sûr, il existe de nombreux vêtements et accessoires réalisés dans ce tissu: robes, vestes, jupes, pantalons, chaussettes, chaussures, chaussons, ceintures, lingerie, kimonos, rubans, barrettes, chouchous, pochettes, sacs...
Ce textile est aussi très agréable comme tissu d’ameublement pour les rideaux, voilages, coussins, tapis, draps, couette ou même dessus de lit.

AUTRES USAGES:
Pour fabriquer le “papier de soie”, on récupère diverses chutes de filature. Ce papier très fin et très agréable à manipuler permet de créer de jolis emballages colorés ou non, ainsi que des figurines selon la technique des origamis (art du pliage issu du Japon). Plus épais, il peut servir de support pour l'écriture ou la peinture, comme le tissu.
Les protéines de soie sont encore réduites en poudre pour les cosmétiques (soins pour les cheveux, la peau...).
La soie est également employée pour les cordes de certains instruments de musique...

ENTRETIEN:
La soie est solide mais délicate, aussi faut-il agir avec douceur!

Lavage:
En machine ou éventuellement à la main (et dans certains cas nettoyage à sec: couettes, robes de cérémonie, manteaux...), toujours selon les couleurs (bleu et/ou vert, jaune, orange, rouge, marron, noir, blanc, chacune séparément). S'ils n'ont pas de tache, placer les vêtements ou les coupons dans des filets (comme celui-ci: http://www.darjeeling.fr/pochon1x2cfg69950x2an), afin d'éviter que les parties métalliques internes du tambour n'accrochent (ou usent) la fibre. Employer une lessive bio (moins agressive) spéciale laine et soie. Pour ne pas "cuire" la soie, la laver à moins de 30°C, l'idéal se situant entre 20 et 25°C. Choisir le programme "soie" ou à défaut, "délicat".

Séchage:
Essorage 600 tours maximum. Utiliser ensuite un séchoir étendoir (pas la machine) et bien faire attention que les fils ne se prennent pas dans les extrémités des tiges du support.

Repassage:
Mettre le bouton du fer sur "soie" ou "synthétique", ainsi l'eau n'est pas trop chaude et la soie ne sera pas "brûlée". Vérifier qu'il y a assez d'eau. Mieux vaut passer souvent que de laisser trop longtemps le fer sur le tissu. Si vous n'êtes pas à l'aise, repassez sur l'envers, ça laisse moins de traces, ce qui d'ailleurs est indispensable pour le velours.

Taches:
Les éviter dans la mesure du possible, en étant "soigneux" (mais si, ça se cultive). Sinon:
Ne jamais laver à la machine ni même repasser une soie sale directement, sous peine de "fixer" les taches!! Procéder d'abord suivant cette méthode basique mais plutôt efficace:
1. rincer la tache à l'eau froide au plus vite (plus on attend, moins on a de chance de la voir partir). Peut venir à bout des salissures les plus légères. Si vous n'avez pas de lessive sous la main (au restaurant, à l'hôtel...), un savon peut dépanner... Dans le cas contraire:
2. c'est souvent une tache grasse et/ou organique (huile, nourriture...), donc mettre un peu de lessive dessus et frotter très doucement le tissu sur lui-même
3. rincer abondamment à l'eau tiède (moins de 30°C)
4. faire tremper l'ensemble du vêtement dans de l'eau tiède avec un peu de lessive pendant une heure.
5. rincer à nouveau, essorer un peu et glisser dans un filet, le tout dans la machine à laver.

Stockage:
Presque comme tout autre textile: endroit sec, à l'abri de la lumière et des nuisibles (insectes, rongeurs...). La soie se froissant et prenant facilement le pli, il est préférable de la ranger bien repassée dans le placard.

Note:
concernant le satin:
il ne faut jamais frotter le satin de soie car ses reflets trahiraient la moindre "maltraitance", laissant apparaître des traces blanchâtres aux endroits où on a insisté pour enlever une tache... En cas d'hésitation, mieux vaut dans ce cas confier le vêtement à un teinturier sûr et sérieux.
concernant la mousseline:
La mousseline a tendance à rétrécir au lavage! En effet, vous pouvez perdre entre 10 et 15% de la longueur du métrage initial. Il est donc important de prendre cet élément en compte lors de votre achat quel que soit votre projet et pour l'entretenir, de la laver à l'eau froide (moins de 20°C).

Crédits photographiques: Manunews et Jacqueline W.